CRÉER UNE STATION AUTONOME DE PURIFICATION DE L’EAU AU CAMBODGE : UN BEAU PROJET CONCRÉTISÉ

International Article publié le 02 juin 2020 , mis à jour le 16 juin 2020

Un système autonome (car alimenté par l’énergie solaire) de pompage et de purification de l’eau a vu le jour fin décembre 2019 au Cambodge près d’une pagode et d’une école dans le village de Bakkhèng, une commune située sur les rives du Mékong à 15km de la capitale Phnom Penh.

Le point d'eau

L’histoire

Le projet est né en 2015 où l’idée de créer un système autonome de purification de l’eau a germé et s’est structurée au sein d’une petite équipe d’étudiants de Polytech Paris-Saclay. « Teuk Borrisoth » (eau pure) voyait le jour.

Un an après, une seconde équipe d’élèves de Polytech Paris-Saclay, issue des spécialités « matériaux » et « électronique » a décidé de reprendre l’idée et de la mener à son terme, « Polysource » était née. Le démonstrateur a été installé par leur soin dans un village reculé au nord du Cambodge (Preah Andong) dans le cadre d’une convention signée avec l’Université de Battambang.

La solution permettait d’approvisionner grâce à l’étang jouxtant le village près de 250 familles en eau soit une production d’environ 4000 litres/jour.

 

Le système de filtration et de purification était opérationnel mais il a été partiellement détérioré dans cette zone reculée. Une nouvelle équipe de l’IUT d’Orsay a repris le flambeau pour déplacer le prototype dans une zone plus accessible pour de la maintenance et de la surveillance et le perfectionner par la même occasion tout en gardant le concept. Ils ont été accompagnés par des formateurs de l'ONG française « CKN » qui ont aidé à cette installation.

La fontaine vient d’être disposée près de la cuisine de la pagode de la commune. L’eau, testée par l’Institut Pasteur dernièrement est propre à la consommation. La fontaine alimente depuis le 26 décembre 2019 en eau potable une centaine d'enfants de l'école primaire ainsi que la pagode.

 

Merci à toutes les personnes qui ont contribué à ce projet, par leur action concrète ou par leur mécénat.

Les contributeurs

Pour Polytech Paris-Saclay :

2015-2016 : Doha Abourachid, Sujitha Easwaran, Bai-Qi He, Vincent Morales, Houda Wahab, Zhibin Yao
2016-2017 : Amina Dhaou (Chef de projet), Laïla Bourabia, Michel Chanthavong, Marie Cherasse, Inès El Sayed
et leurs coachs enseignants Marie-Christine Henriot et Michel Andrieux.

Pour l’IUT d’Orsay :

Emmanuel Rousseau, Renee-larissa Mboumba-mapangou, Lalao Ratsimiala-ratandra, Azad Tayabaly et leurs coachs enseignants : Bruno Darracq et Jane Mignot.

Pour l’ONG CKN :

Ses formateurs Suon Phearin, Meas Sok Chan et Sret Borin ainsi que son directeur, IM Sareoun. cette ONG de formation professionnelle en électronique, électrotechnique et automatique a signé une convention avec l' université Paris-Sud en 2013. Depuis, elle accueille en stage chaque année des étudiants de l' IUT d' Orsay.

Pour l’AXK (Association des polytechniciens khmers) :

Ses membres ainsi que deux PhDs Tom Peyrot (IOGS) et Morgane Farra (CEA).

Pour l’IOGS :

Buntha Ea-Kim, coordinatrice des échanges entre des différents acteurs cités et responsable de suivi du projet.